EPICERIE ORIENTALE

CITRONS AU SEL

J’aime le citron confit au sel tranché. C’est le petit secret qui sert sur presque tout. En tranches ou coupé finement en brunoise. Aussi délicieux avec le poulpe qu’avec les pois chiches ou la volaille ! Une pointe d’acidité, de peps et une belle profondeur et la douceur du confit.
9,80 
Sélectionner les options

EPINE VINETTE

Une baie acidulée portée aux nues par Yottam Ottolenghi ! Un classique de la cuisine iranienne. On l'utilise comme un raisin sec en la faisant tremper dans l'eau bouillante une dizaine de minutes.
9,00 
Sélectionner les options

HARISSA

La harissa de l’Idéal est une addiction. Cette pâte de piments n’est pas trop piquante et d’une belle fraîcheur puisque l’on ajoute de la menthe fraîche dans la recette. Elle s’utilise brute ou délayée dans l’huile d’olive ou le bouillon.
8,50 
Sélectionner les options
Etiquette

PISTACHES BIO DE SICILE

7,00 
Sélectionner les options

POUTARGUE DE MARSEILLE

La poutargue c'est une poche d’œufs de poissons ôtée du corps du poisson, nettoyée, salée puis séchée au vent, à l’air libre. On trouve de la poutargue de mulet et de la poutargue de thon.
23,50 
Sélectionner les options

SUMAC

Je rencontrais Magali. Libanaise. Manger ses souvenirs. C’est Magali qui l’écrit. Accrochant ces quelques mots à une photo de famille. Magali porte dans son cœur le goût du sumac et du zaatar sauvage. Cueillis en famille dans les montagnes du Nord du Liban. Ce jour-là, je goûtais le sumac avec les doigts. La sensation d’une poudre de baies qui n'aurait pas complètement séché. D'une si grande fraîcheur ! Jamais eu de telle sensation avec le sumac auparavant !
8,00 
Sélectionner les options

TAHIN

Je voulais la tahin que j’avais goûtée en Israël et ramenée chez moi. Je voulais celle-là même que j’avais trouvée quelques mois auparavant au salon Slow Food à Turin. Et ce fut longtemps impossible. Longtemps, j’exagère. Mais enfin trop de temps. Des mois de courriels envoyés... Et puis, un jour, j'ai réussi à en faire livrer une palette entière de pots de 453 g et des sceaux de 7 litres. Pourquoi cette tahin-là ? Si elle se retrouve sur le stand Israël en plein salon Slow Food et dans les petits papiers du Seigneur Ottolenghi, il y a bien une raison. Et moi et ma petite cuillère plongée dans le pot, j’arrive en fin de course. Mais, enfin, je la trouve tellement bonne que c’est déjà beaucoup. Tout s’explique donc. Al Arz est une fabrique de tahin tenue par Julia Zaher, à Nazareth. Elle utilise le meilleur sésame du monde venu d’Éthiopie et vérifie elle-même les lots qui lui sont livrés. Tout le process de fabrication a été monté par des ingénieurs répondant à toutes les contraintes de la fabrication traditionnelle. Au total, treize étapes d’élaboration et une tahin de compétition !
8,50 
Sélectionner les options

ZAATAR

Je rencontrais Magali. Libanaise. Manger ses souvenirs. C’est Magali qui l’écrit. Accrochant ces quelques mots à une photo de famille. Magali porte dans son cœur le goût du sumac et du zaatar sauvage. Cueillis en famille dans les montagnes du Nord du Liban. Ce jour-là, je goûtais son zaatar avec les doigts. La sensation d’une herbe sauvage. Très sauvage. D’un beau mélange. Si intense que l’on ne voudrait le manger avec rien d’autre que de l’huile d’olive et du pain.
8,00 
Sélectionner les options